Qu’est ce que le bluff au poker ? Définition et principe

Il y a encore peu beaucoup de personnes assimilaient le poker au bluff et l’imaginaient comme un jeu de bandits armés jusqu’aux dents jouant dans l’arrière salle d’un bar texan. Heureusement cette image péjorative d’un des jeux de cartes les plus populaires au monde tend à s’effacer aujourd’hui grâce à la retransmission télévisuelle de grands tournois comme les World Series of Poker ou le World Poker Tour.

Définition et clarification

Au poker, bluffer consiste à faire passer à l’adversaire une main meilleure que la notre. L’inverse du bluff est la valorisation plus connu sous son terme anglais « value ». Valoriser consiste donc à faire payer un adversaire avec une main moins bonne que la notre.

Souvenez vous qu’au poker bluffer et valoriser sont les deux raisons pour justifier une mise ou une relance. Vous avez peut être déjà entendu des gens justifier une mise par la volonté de  protéger leur main par exemple. La protection une conséquence d’une mise de valorisation et non pas une cause comme on pourrait le penser…

Bluff et équité

Ce paragraphe est une justification des conseils qui vous seront donnés dans le prochain, si en lisant ce premier vous vous sentez perdu vous pouvez passer au paragraphe suivant avec l’assurance de ne manquer aucun conseil.

Au poker chaque mise a une équité ou espérance. C’est une estimation de combien vous allez  gagner avec cette mise en moyenne en prenant en compte le panel complet de mains que peut avoir votre adversaire au lieu d’une seule et unique main au moment où vous miser. Une mise à l’équité positive vous rapporte de l’argent sur le long terme tandis qu’une mise à l’équité négative vous en fait perdre.

Si par exemple vous relancez au bouton en cash game et que la big blind paye vous ne pouvez pas évaluer de façon précise sa main. Vous n’avez tout simplement pas assez d’information et il jouera beaucoup de mains différentes de la même manière. Vous pouvez cependant écarter certaines mains. On peut considérer qu’il n’aura pas une paire d’As ou Roi car il aurait surement surrelancé préflop, de même qu’il est improbable qu’il ait une main « poubelle » comme 7 et 2 dépareillée si c’est un joueur un minimum sérieux. Une fois son panel de mains possibles établi on estime ce qu’il fera avec chacune d’elle et comment chacune se comporte face à notre main. Enfin à l’aide de quelques calculs de probabilités on arrive à un nombre qui nous confirme si c’est une bonne idée ou pas de miser.

On peut décomposer cette équité en deux termes : l’équité à l’abatage et la fold équité. C’est la somme des deux qui nous donne notre équité totale.

La fold équité correspond à l’argent gagné à chaque fois que notre adversaire passe une main de son panel.

L’équité à l’abatage correspond à notre chance de gain (ou perte) si jamais l’adversaire paye notre mise et que nous allons jusqu’à l’abattage des cartes.

Quel rapport avec le bluff ? Nous y arrivons. La fold équité est (quasiment mais simplifions) indépendante de nos cartes privatives. Cela veut dire que le fait de bluffer ou valoriser n’a pas d’incidence sur ce nombre. Elle dépend du profil de l’adversaire ainsi que du tableau et ne peut pas être négative puisqu’à chaque fois que l’adversaire passe nous gagnons l’argent du pot.

En revanche l’équité à l’abatage dépend elle de vos cartes puisqu’on va devoir estimer comment se comporte notre main face à l’éventail des mains avec lesquelles on estime qu’il va nous payer. On peut en déduire plusieurs points clés :

  • Miser quand vous avez une belle main qui a de grandes chances d’être devant vous fait gagner de l’argent à long terme à coup sur puisque votre équité est la somme de deux termes positifs : elle est donc positive elle-même. C’est pourquoi on conseille aux débutants de ne jouer que les bonnes cartes et de ne pas tenter de gros bluff.
  • Lorsque vous bluffez votre équité à l’abatage est très souvent négative, cela signifie que pour que l’équité globale de votre mise soit positive il faut que sa fold équité soit forte, c’est-à-dire que vous fassiez passer votre adversaire une grand majorité du temps. Cela explique qu’il faille que votre bluff soit cohérent pour être rentable. Si vous représentez une grosse main aux yeux de votre adversaire il aura plus de chance de passer et de faire que votre bluff vous rapporte de l’argent à long terme.
  • Il vaut mieux bluffer avec une main qui a encore des chances de s’améliorer comme un tirage car l’équité à l’abatage n’est pas aussi négative si vous avez encore 30% de chance de gagner le coup quand vous vous faites payer au lieu de 5%. C’est ce qu’on appelle plus communément le semi-bluff.
  • Il est plus risqué de bluffer à la rivière. En effet lorsque vous bluffez à la rivière vous n’avez plus aucune chance d’amélioration, l’équité a l’abatage de votre mise est donc très négative et vous devez donc faire passer votre adversaire une très grande partie du temps pour que votre mise soit rentable.

Récapitulatifs des conseils

  • Bluffez rarement si vous débutez au poker. De plus ne bluffez pas les débutants qui généralement n’aiment pas passer leur main.
  • Soyez cohérent dans vos mises les fois ou vous bluffez. Plus vous représenterez une grosse main par votre schéma de mise plus votre adversaire sera enclin à coucher ses mains moyennes.
  • Privilégiez les bluffs avec des mains qui ont des chances de s’améliorer si on vous paye comme les gros tirages par exemple (8 outs ou plus).
  • Bluffer à la rivière est extrêmement périlleux Ne le faites que si vous êtes extrêmement confiant en votre capacité à faire passer la majorité de ses mains à votre adversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *